L'implication de Paris dans la promotion et la formation du pôle de compétitivité de l'Ile-de-France

Publié le par Geneviève Bertrand

Question de Mme Bertrand à M. Delanoë

Conseil de Paris - Séances du 7 et 8 mars 2005

QOC : N°2005-074 : Question de Mme Geneviève BERTRAND et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris relative à l'implication de Paris dans la promotion et la formation du pôle de compétitivité de l'Ile-de-France.  

Réponse (M. Christian SAUTTER, adjoint) :

L'auteur de la question souhaite connaître l'implication de la Capitale dans le cadre de l'appel à projets de "pôles de compétitivité" lancé par l'Etat.  

La Municipalité parisienne conduit une politique volontariste depuis trois ans en faveur du développement économique, de la recherche et de l'innovation au service du renforcement de l'attractivité de la Capitale. Comme le remarque Mme Geneviève BERTRAND, l'innovation est un élément-clé de l'avenir économique de Paris dont le dynamisme est déterminant pour la vitalité de la Région Ile-de-France tout entière. 

C'est la raison pour laquelle le Maire de Paris a souhaité que la Ville soit au coeur de la mobilisation des acteurs économiques et scientifiques franciliens : entreprises, universités et grandes écoles, laboratoires de recherche... A l'occasion de cet appel à projets, les départements franciliens et tout particulièrement Paris, en liaison étroite avec la Région qui a coordonné les initiatives, ont accompagné cette mobilisation qui a été l'occasion de transcender les cloisonnements entre institutions et les oppositions stériles entre territoires, collectivités, universités et établissements de recherche.

Sous l'impulsion de Christian SAUTTER, adjoint au Maire de Paris chargé du développement économique, des finances et de l'emploi, la Capitale participera aux trois projets de pôles qui ont été proposés par la Région Ile-de-France le 28 février dernier et déposés auprès du Préfet de la Région Ile-de-France :  

 - Le pôle "santé", qui concernera au premier chef l'Essonne, Paris, le Val-de-Marne et les Hauts-de-Seine, valorise des projets, notamment sur le cancer, les neurosciences et le médicament, dont 40 % seront situés sur Paris. Il rassemblera des grandes entreprises (dont SANOFI-AVENTIS, 3e groupe mondial, dont le siège est situé sur "Paris-Rive gauche") aux côtés des principaux représentants de l'industrie pharmaceutique, des organismes et laboratoires de recherche dans le domaine des sciences du vivant (INSERM, C.N.R.S., Institut Pasteur, Universités, A.P./H.P.). Des projets particulièrement innovants impliquent l'Institut du Cerveau et de la Moelle qui sera implanté au sein de l'hôpital Pitié-Salpétrière, l'Institut de la Vision (hôpital des Quinze-Vingts) et le Centre de Recherche du Diabète à Saint-Vincent-de-Paul dans le 14e. La zone privilégiée pour étendre ce pôle se situe au sud de la zone "Paris-Rive gauche", en liaison avec Ivry, Vitry et Villejuif.

 - Le pôle "vie numérique image, multimédia et traitement des connaissances" sera centré sur Paris et la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), son périmètre couvrant également certaines zones d'autres départements (Essonne, Seine-et-Marne, Yvelines et Val-d'Oise). Il fédérera aussi bien des grands groupes (TF1, Lagardère, France Telecom, Thalès, Adobe, Cisco, Eurodisney, Motorola….) que des P.M.E. soit directement soit par leurs organisations représentatives (Canal Numérique des Savoirs, Capital Games, Silicon Sentier) et des laboratoires de recherche ainsi que plus de 20 universités ou grandes écoles (Paris 6, 7, 8, 13, l'Ecole nationale supérieure des Télécommunications, l'Ecole Normale Supérieure). Les marchés concernés par ce pôle seront ceux de la création de contenus numériques (cinéma, animation, jeux vidéos, télévision haute définition, valorisation du patrimoine..), du multimédia (produits et services en ligne) et de l'ingénierie de l'information et des savoirs (e-learning et éducation numérique, gestion intelligente des bases de données touchant à différents secteurs d'activités dont ceux de la finance, de la veille stratégique et économique, de l'éducation).  

C'est notamment dans le quart Nord-Est de Paris dont la continuité avec la Seine-Saint-Denis et dans l'environnement de la Cité des Sciences que ce pôle pourra donner lieu à d'importantes réalisations.

 - Le pôle "logiciels et systèmes complexes" dénommé "System@tic", construit autour de quelques grands acteurs industriels et pilotés par Thalès est essentiellement centré sur les départements de l'Essonne, des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Ce pôle est focalisé sur la maîtrise des grands logiciels utilisés dans les infrastructures de systèmes d'information et de réseaux de communications. Ces applications toucheront aux marchés des télécommunications, de la sécurité et des transports. Paris sera présent dans ce pôle grâce aux compétences de ses grands laboratoires (Université Paris VI, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, Ecole nationale supérieure des Mines de Paris) ; la zone recherche et développement inclut le site du Nord-Est de Paris.

La Ville de Paris s'est particulièrement impliquée dans les pôles Santé et Vie Numérique. Ces deux secteurs d'activité concernés recouvrent les actions engagées en matière économique sous la présente mandature dans le soutien à la recherche comme dans l'hébergement, l'accompagnement et le financement des nouvelles entreprises, action menée par "Paris- Développement", dans le cadre de son programme "Paris Technopole". Il est essentiel que les zones de recherche et développement prennent en compte le territoire parisien associé aux autres collectivités.

Pour autant, il importe maintenant, jusqu'à la décision du Gouvernement prévue en juillet prochain, de faire valoir la qualité de ces projets. Une centaine de projets ont été présentés par les régions. Selon les sources, un petit nombre devrait être labellisé. Les trois projets parisiens, en raison de leur masse critique, doivent retenir toute l'attention du Gouvernement."

Commenter cet article